Ce dont il s'agit n'est rien mais il faut que ça marche,
qu'il y ait la possibilité de faire partie, d'appartenir
à un group, un rassemblement. Des gens qui
se changent entre les bas treillages et les
taillis barbelés au bord des dunes.

Des cartes de jeu tombent sur une serviette dans la sable,
les provisions sous des torchons dans un panier d'osier,
une bouteille enterrée de l'enterprise distillatrice où
l'un d'entre nous a travaillé ce jour-là. On court
vers la mer comme tout le monde et puis

on retourne, on bat ses souliers sur le sentier piétonnier,
on étreint ce qui, dans chacque entretien, a été négligé
au moment de l'adieu et on se sait désolé quand
dans un tram le conducteur signale ses haltes
au seul passager qui dans le tram est monté.
>>